20e anniversaire de Village de Forez (25-26 mars 2000)
Discours de Joseph Barou, le 25 mars 2000 au centre Social de Montbrison


 
Mesdames, Messieurs, chers amis de Village de Forez.

Vingt ans déjà. C'est la durée de notre aventure avec Village de Forez. Il y a certainement, parmi vous, des personnes qui s'étaient déjà retrouvées autour d'un verre de l'amitié, rue Puy-du-Rozeil, pour le dixième anniversaire de notre petit bulletin d'histoire locale.
Nous sommes nous-mêmes, pour tout dire, un peu étonnés de cette longévité. Claude rappellera tout à l'heure les circonstances de la création de Village de Forez à partir du groupe d'histoire locale du Centre Social. 
Enfin, c'est un moment opportun pour esquisser un bilan de Village de Forez, bilan éditorial, bien sûr, puisque notre principale activité est la production de texte.
Globalement ce bilan est impressionnant, si l'on fait le compte :
80 numéros ordinaires autant du numéros spéciaux ; 5000 pages en tout !
 Naturellement, depuis les débuts, il y a eu des évolutions :

  • notre revue,  longtemps trimestrielle, est devenue semestrielle depuis 1996 avec un nombre double de pages.
  • sa présentation s'est améliorée : nous sommes passés de la ronéo des débuts au traitement de texte. 
  • si à l'origine elle concernait surtout Montbrison, son aire de diffusion et ses articles intéressent de plus en plus toute la région montbrisonnaise. 
  • des actions de partenariat ont souvent eu lieu avec des communes (Ecotay- St-Romain-le-Puy), le musée sauvagnard, l'association familiale rurale de Verrières, l'Eglise Réformée, la Diana pour ne citer que quelques cas. 
  • Au niveau du contenu les thèmes se sont considérablement diversifiés ce qui nous a amenés à publier de nombreux numéros spéciaux : histoire de Montbrison, histoire religieuse, biographies, hommages (Marguerite Fournier, Marguerite Gonon), parcours à travers l'histoire des villages (Saint-Romain-le-Puy, Sail-sous-Couzan, Chalain-le-Comtal, Veauche, Saint-André-le-Puy, Margerie, Lérigneux... ), histoire sociale (chronique d'un établissement d'éducation spécialisée, histoire de la mutualité, abandons d'enfants...).  Rappelons aussi les dix-sept cahiers publiés en 1989 par le Comité du Bicentenaire de la Révolution française. 
      Enfin deux nouveaux volets sont venus s'ajouter :
     
  • Les témoignages d'histoire contemporaine avec les travaux sur le S.T.O. , la Résistance, la guerre d'Algérie..., témoignages d'un haut intérêt et tout à fait irremplaçables. 
  • Enfin la série petit patrimoine et mémoire qui a beaucoup de succès et dont vous connaissez sans doute quelques-uns des titres : les bâcha, François, maréchal-ferrant  et forgeron, Gumières mon village, Briques pressées marquées, Ceux de Saint-Bonnet-le-Courreau, La vallée des moulins, les moulins du Vizézy, Dans le temps à Germagneux...
 Cette énumération montre bien, je pense, les fortes racines qui fixent notre revue à notre pays forézien. Cet intérêt pour notre patrimoine va d'ailleurs de pair avec le renouveau - un peu inattendu  en cette fin de siècle - des veillées du groupe Patois Vivant.
 Cependant nous ne sommes pas du tout une maison d'édition. Nous n'appartenons pas au secteur commercial. Nous sommes restés fidèles aux principes des débuts : 
  • Village de Forez est une branche d'activités du Centre Social de Montbrison dans lequel son budget est totalement intégré. 
  • Tout le travail des membres du comité de rédaction - et des auteurs - est bénévole.

  •  

     
     
     
     
     

     Pour le fonctionnement du comité de rédaction : 
     

  • la structure est souple (deux ou trois réunions par an)
  • la collégialité est de rigueur ; chacun est entendu - et écouté.
  • souci de simplicité et de démocratie manifesté par des détails qui ont du sens : des publications volontairement peu coûteuses et accessibles à tous  (merci au C. D. D. P. qui est pour la fabrication de Village de Forez notre partenaire depuis plus de dix-huit ans), signature des auteurs sous leur seul nom et prénom (sans titre ni qualité), 
  • enfin ouverture à tous les sujets d'histoire, partenariat chaque fois que c'est possible...  mais exigence de sérieux - rigueur ? disons le mot -  en ce qui concerne les sources et la présentation matérielle.
    Nous devons cette réussite à beaucoup de personnes qu'il convient de remercier :
     
  • les lecteurs fidèles (nous avons des abonnés depuis les premiers numéros).
  • les responsables successifs du Centre Social qui ont pensé qu'il était intéressant d'avoir une activité - atypique pour un Centre social - dans la maison.
  • le C. D. D. P. (à M. Marajo particulièrement, pour sa conscience professionnelle)
  • les représentants de la presse qui nous aident beaucoup pour l'information de nos lecteurs 
  • les responsables de la Diana, la grande et vénérable société d'histoire du Forez. Chacun le sait, mais rappelons tout de même :
    • que presque tous les membres du comité de rédaction sont aussi membres de la Diana (et auteurs de communication) 
    • que beaucoup de sources (mais pas toutes) de nos articles viennent des riches archives et de la bibliothèque de la Diana 
     Cependant notre mode de fonctionnement (structure souple intégrée dans un centre social polyvalent), nos secteurs d'activités (témoignage d'histoire contemporaine, petit patrimoine et mémoire... notamment),  notre vocation (la culture populaire) sont différents et, sans doute, complémentaires. Nous souhaitons donc établir des partenariats chaque fois que c'est possible avec la Diana ; 
  • Enfin il nous faut remercier les auteurs ( plus de soixante-dix) de qui c'est aujourd'hui un peu la fête.
    • Quelques uns, des premières années, nous ont quittés : Marguerite Fournier-Néel, Marguerite Gonon, Jean Canard, Roger Garnier, Georgette Simonet, Jean-Baptiste Chèze, Jean Ducros, Jean Chambon...
    • J'invite maintenant tous les auteurs d'articles ou de numéros spéciaux récents ou anciens qui sont présents à faire quelques pas et à se regrouper...
     (présentation des auteurs et de leurs travaux)
 Voilà donc, dans sa diversité, la famille de Village de Forez, qui, dans ce centre Social, de Montbrison fait de l'histoire pour tous.

Joseph Barou.

 Retour au sommaire